Le lieu :

 

Hors du temps, hors des turbulences médiatiques, le Centre artistique de Piégon est un lieu de paix, de sérénité, de spiritualité où l'oeuvre de Christine trouve sa juste place, naturellement.

Jean-Pierre Eichenberger, artiste d'origine suisse, peintre et sculpteur, fondateur du Centre artistique en 1965, insuffle sa force créatrice, sa générosité, son courage à un projet pharaonique : faire de Fontatière, bastide en ruines,  "Un temple des Muses", selon sa volonté de partager "L'aventure quotidienne de la création".

 

Vigne (Côtes du Rhône), olivier (olives de Nyons), cerisiers s'étalent au soleil, sur un terroir d'abondance, la Drôme provençale.

A quelques kilomètres, pour les amateurs de tourisme, les Dentelles de Montmirail, le Mont Ventoux.

Fontatière : Centre artistique de Piégon

Une campagne belle et prometteuse.

La bastide et son parc

Commençons par une promenade dans le parc où une nature somptueuse cache et dévoile des trésors artistiques.

Entrons maintenant... Poussons la lourde grille métallique...

Sur la terrasse, une magnifique sculpture de Jean-Pierre Eichenberger, réalisée dans un arbre, s'impose à notre regard médusé.

L'exposition

 "Capella" ou "Nef de lumière" nous accueille dans l'escalier qui conduit à la galerie.

Travail réalisé avec des pastels secs, en 1990, alors que Christine a 23 ans.

52 x 42 cm

"Le sujet, une nef de lumière, avec des vitraux, comme il se doit, considérée dans une perspective implosée.

C'est passionnant : un grand voyage sur la crête du Moyen-Age et de ses cathédrales, des modules perspectifs pré-renaissants...

Ainsi la "Nef de lumière" se fonde sur la forme d'un hexagone où elle constitue la rosace, la fenêtre de lumière d'un édifice fait de palets luminescents ou plutôt palais d'où sourd la lumière, une lumière (esprit) matière... "  Christine Busso 1990.

Nous pénétrons dans "La chambre des hirondelles", galerie d'exposition.

L'oeuvre de Christine est sous la protection de celle de Jean-Pierre Eichenberger : une sculpture en terre cuite, "Vierge à l'enfant", un dessin d'hirondelle en vol, immortalisé en vitrail.

Un piano résonne sous la vélocité des doigts d'un grand artiste international : Nima Sarkechik qui se plaît à s'exercer en ce lieu magique. Talent généreux. Fougue impétueuse. Il offre à Christine ce qu'elle a toujours cherché : "la musique-couleur".

Les harmonies musicales se mêlent aux harmonies colorées. Elles s'envolent, sur l'aile de l'hirondelle... Vers quels célestes mystères ?...

Et, sous le charme, nous nous laissons emporter par le rêve coloré de Christine...

Comme par magie, la sculpture devient branche d'arbre. Le cèdre l'accueille telle une visiteuse amie.

L'astre se lève, au firmament...

Il se dématérialise jusqu'à nous offrir l'évanescence du rêve...

A l'image de l'oeuvre de Christine...

"Un petit trésor de l'histoire de l'art" : Laurent Danchin

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Marie Claude Busso